A propos des chiffres de consommation de carburant

Inaugurant un type d'alimentation peu conventionnelle, mêlant essence et électricité, l'AmperA introduit une nouvelle problématique dans le calcul de la consommation de carburant. Nos savants de l'union européenne se sont bien sûr penchés sur le problème, l'étiquetage de la consommation indicative étant obligatoire sur le voitures, ainsi que leur calcul d'émissions de CO2. Mais avant d'expliquer comment cela va se passer pour les véhicules rechargeables, il est bon d'expliquer comment cela se passe pour les véhicules thermiques conventionnels.

Article original daté du 13 avril 2010
Tout d'abord, les unités et les cycles de test sont différents entre les différentes régions du monde. Alors qu'en Europe nous suivons le cycle ECE pour étalonner les consommations en l/100km, aux Etats-Unis par exemple ce sont les cycles EPA qui sont utilisés pour calculer la "fuel economy" en MPG (mile par gallon). Ces cycles ne sont pas équivalents et après conversion on obtient généralement une consommation sur le cycle ECE 20% plus faible que celle du cycle EPA. Nous ne nous attarderons que sur le cycle ECE, parce que c'est celui qui nous concerne.

Le cycle ECE

Premier round du circuit ECE, le cycle dit urbain. Il est censé représenter une utilisation du véhicule en ville. Il dure 195s et fait parcourir un peu plus d'1km. Le véhicule est donc souvent à l'arrêt (30% du temps) et la vitesse ne dépasse pas 50km/h. C'est pourquoi les systèmes qui coupent le moteur à l'arrêt permettent une amélioration notable du score urbain. En raison de sa faible distance, il est répété 4 fois dans le cycle mixte.

Deuxième partie du circuit ECE, le cycle dit extra-urbain. Il a été concu pour être représentatif d'une utilisation hors ville (route de campagne, voies rapides). Il dure 6'40 et fait parcourir près de 7km. La vitesse ne dépasse pas 120km/h et le véhicule n'est à l'arrêt qu'au début et à la fin. Il n'est répété qu'une fois dans le cycle mixte.

Le cycle mixte est donc composé de 4 cycles urbains et un cycle extra-urbain. En 11km il est donc censé représenter la plupart des situations d'usage. Cependant, les accélérations demandées sur le circuit sont pour le moins molles : 27 secondes de 0 à 50km/h, 40 secondes de 0 à 70km/h, 35 secondes de 70 à 100km/h. Il faut être très patient pour faire cela en réel, c'est pourquoi il est souvent très difficile de retrouver quand on fait le plein le chiffre que nous promet le constructeur, comme on peut le constater sur des sites comme PRKWeb.
C'est à partir de la consommation en cycle mixte qu'est calculée la performance C02 d'un véhicule, et donc sa classe énergétique. Pour cela, un règle de 3 est appliquée sur la consommation en fonction du carburant utilisé (à consommation égale, une voiture essence émet moins de C02 qu'une diesel).

Le cas des véhicules rechargeables

Dans le cas des véhicules rechargeables, ce sont les mêmes cycles qui sont utilisés. Pour tenir compte du caractère rechargeable de ces véhicules, ils sont parcourus avec un départ batterie pleine jusqu'à ce qu'elle soit considérée comme vide. On recharge alors le véhicule pour pouvoir calculer sa consommation en électricité et en carburant. Dans ce cas, le véhicule peut ou non avoir consommé du carburant, certains véhicules (comme la prius) démarrant, quel que soit l'état de charge de la batterie, le moteur thermique au delà d'une certaine vitesse.
Ensuite, on vide de nouveau la batterie et on parcourt un cycle complet pour déterminer la consommation batterie vide, comme on le ferait avec un véhicule conventionnel.
Pour obtenir le chiffre final, celui qui figurera sur l'étiquette, on fait une moyenne pondérée entre les 2 chiffres. On pondère la consommation "batterie pleine" par l'autonomie réalisée sur batterie et la consommation "batterie vide" arbitrairement par 25km.

Mise à jour du 29 septembre 2011
Dans les faits, voilà ce que cela donne avec l'exemple de l'AmperA et de ce que l'on en sait actuellement. Opel a communiqué la consommation pondérée (1.2l/100km ou 27g de CO2/km) ainsi que l'autonomie sur la batterie (83km), ainsi que la consommation batterie pleine (0l/100km). A partir de ces éléments, on peut calculer la consommation en extension d'autonomie :

En opérant le même calcul sur les émissions de CO2, on tombe sur 117g/km, ce qui correspond à environ 4.9l/100km. Le chiffre précis est donc entre les deux. Le chiffre officiel est d'ailleurs 5.0l/100km.

Opel a également communiqué la consommation électrique de la recharge de l'Ampera suivant la norme ECE : 16.9kWh/100km. Même si 4h suffisent à charger l'Ampera, la norme impose que le chargeur soit branché pendant 12h au moins, et la consommation totale d'une charge est donc de 16.9 * 0.83 = 14kwh. L'émission de CO2 moyenne d'EDF pour 1 kWh électrique est 45g, soit 7.6g de CO2/km, ce qui porte le total d'émissions de CO2 à 35g par km.

Suivez-nous sur facebook