Audi annule -de nouveau- l'A1 e-tron

Après avoir été arrêté mi-2010 l'A1 e-tron, Audi l'avait rescucité pour une expérimentation en 2011. Audi a remis ca et a de nouveau annulé sa citadine électrique à prolongation d'autonomie.

Audi A1 annulée

L'Audi A1 e-tron est basée sur l'A1, la citadine de la marque aux anneaux. Aperçue pour la première fois au salon de Genève 2010, elle associe un moteur électrique de 61 chevaux (102 en pic) avec des batteries lui permettant de parcourir 50km. Pour aller plus loin, un générateur entrainé par un moteur wankel à piston rotatif produit de l'électricité. Un petit réservoir d'essence permet d'augmenter l'autonomie de 200km.
Quelques mois plus tard, le patron d'Audi annoncait la fin du projet, mettant en doute l'ambition électrique du groupe VolksWagen.
Pour autant, l'A1 e-tron refit son apparition en 2011 au même salon de Genève, et plus tard dans l'année le constructeur a formé une flotte d'expérimentation de 20 A1 e-tron à Munich.
En ce début de mois de juin, Audi annonce annuler l'A1 e-tron. Les raisons avancées sont la difficulté de mise au point de la voiture, ainsi que le caractère exotique du moteur rotatif, présent nulle part ailleurs dans le groupe VolksWagen et réputé pour sa gloutonnerie.

Audi A1 annulée
Audi A2 Concept 2011

Au dernier salon de Francfort, Audi avait présenté l'A2. Reprenant beaucoup des lignes de l'A1, elle est entièrement électrique. Avec une batterie de 31kWh (24kWh utilisables), elle est capable de parcourir 200km. Aujourd'hui, ce projet est également arrêté. Le coût prévu élevé de la citadine (40 000€) en est la principale raison.
Voilà qui devrait en tous cas laisser le champ libre dans ce secteur à la future BMW i3. Après des rumeurs concernant l'arrêt du projet, rumeur qui a été démentie.

Après avoir abandonné l'A2 et l'A1 e-tron et avoir conçu une r18 e-tron quattro sans batterie (c'est une roue à inertie qui stocke et restitue l'énergie), Audi va-t-il se détacher complêtement de la propulsion électrique et lâcher un à un tous ses e-tron?

Mots-clefs: 

Commentaires

L'avenir pour les prolongateurs d'autonomie ce n'est pas le Wankel rotatif mais le moteur Stirling. C'est un moteur qui a un bien meilleur rendement que le moteur à pistons, mais il a un défaut, il n'accepte pas de brusques changements de régime. Voilà pourquoi il n'est pas utilisé en automobile mais uniquement en moteur marin, notamment dans les sous-marins non nucléaires. Mais en tant que moteur chargé de recharger des batteries, son inconvénient n'en est plus un, puisqu'on peut le faire tourner à un régime presque constant, ou variant de manière lente. De plus il est silencieux (pas d'explosion), propre (combustion externe donc combustion complète et pas d'usure de l'huile), et il accepte tous les combustibles. Aujourd'hui ce moteur est en plein renouveau, il équipe les centrales solaires thermiques installées aux états unis (une centrale de 900 mW fonctionne grâce à des paraboles tournées vers le soleil). La chaleur fait tourner le moteur, qui entraine un alternateur fournissant de l'électricité. C'est à ce jour le système ayant le meilleur rendement (31,5% de la chaleur transformée en électricité, alors qu'en photovoltaïque on est à 16%). Tous les fabricants de chaudière individuelle intègrent un système de cogénération permettant à la chaudière de produire sa propre électricité. Et la aussi c'est un moteur stirling qui tourne en récupérant la chaleur perdue dans le conduit de cheminée pour faire de l'électricité (et donc de diminuer la facture électrique et de rendre la chaudière autonome, donc pouvant fonctionner sans électricité)

J'ai toujours trouvé étrange d'utiliser un Wankel comme prolongateur d'autonomie, ce moteur ayant une réputation de boit-sans-soif.
Le Stirling paraît prometteur, en effet.
En attendant, c'est un mauvais signal qu'Audi envoie à la voiture électrique. J'espère qu'il reviendront.

Suivez-nous sur facebook